Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu

La relance économique de l’Algérie de 2020 passe par son domaine minier

Le président Tebboune  a instruit son gouvernement remanié en juin2020, qui s’est  doté de nouveaux portefeuilles ministériels dont  un ministère dédié au Mines, d’entamer l’exploitation trois grands gisements de fer, de zinc et de phosphate.  Une décision  qui fera  du domaine minier une priorité  du plan de relance économique.

L’Algérie  s’est dotée d’un portefeuille ministériel exclusif  dédié au secteur des Mines, dans  le  gouvernement de juin 2020. Une filière mine en devenir  grâce  à ce changement, d’une direction des mines affiliée au ministère de l’industrie à la création de tout  un ministère, qui préfigure le poids avenir de cette industrie dans l’économie algérienne. En effet, l’Algérie  inscrit le secteur minier comme nouveau  socle d’expansion au décollage du  plan de relance économique,  dévoilé lors du dernier conseil des ministres tenu par visioconférence le dimanche 12 juillet.

1 000 milliards de dinars  seront injectés immédiatement, annonce t-il ,  auxquels s’ajouteront 10 milliards de dollars disponible pour l’investissement. Pour aller vite en besogne dans l’industrie de l’extraction, de l’exploitation, de la  transformation et l’exportation  des produits à forte valeur ajouté, il sera  question d’abord de commencer par les projets  déjà identifiés en  attentes de lancement , autres  en souffrance depuis quelques années, et autres  gites découverts. L’ instruction  est émise par  Abdelmadjid Tebboune, le président de la République, lors du dernier conseil des ministres tenu dimanche 12 juillet où il a dévoilé  son plan de relance économique de 1 000 milliards de DA et  autres 10 milliards de dollars à injecter uniquement  dans  l’investissement.

Ladite instruction  porte sur l’exploitation des trois attendus des  gisement de fer de Ghara Djebilet (wilaya de Tindouf) , de la mine de zinc d’Amizour près de Béjaïa et la relance du projet de fabrications phosphates à El Aouinet (w.Tebessa). La  crise de la volatilité des prix pétrole et du Covid-19 semble être ce détonateur qui va accélérer le processus du développement de cette industrie minière, qui  à court terme, après le pétrole,permettra à l’Algérie de devenir  un pays à vocation minière, qui va sûrement se frayer un chemin sur le marché international parmi les géants.

Les experts miniers, les professeurs en géologie minière  et économistes sont nombreux à plaider pour consentir de l’investissement, du développement , de l’exploitation , de l’  l’industrialisations  en passant par la transformation des différents gîtes avérés qui constituent ce fort potentiel en produits  diversifiés que recèle l’Algérie .

 K.A.

Dans la même catégorie

Leave a Reply