Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu

Le BTP algérien s’industrialise

Après la mécanisation des chantiers, un nouveau mot d’ordre est lancé à l’endroit de l’outil de réalisation national public pour orienter ses investissements futurs dans l’industrie.

L’industrialisation du secteur du bâtiment a été un processus naturel sans promotion au préalable d’une politique incitative à l’industrialisation. Au vu de la teneur des projets et chantiers dans le BTP. Le marché est là, nombreuses sont les entreprises à intégrer l’industrie dans leur processus d’évolution et de maîtrise des coûts recherchés. A commencer du plan de développement, des extensions des industries des ciments publics ou privé et la chimie du bâtiment où a vu arriver des investisseurs étrangers aux côtés des nationaux, car au delà des réalisations en amont, le secteur a vu naître beaucoup d’industriels dans les produits rouges et dans la production des agrégats. Et voici arrive le temps de réindustrialiser l’outil de réalisation, c’est-à-dire usiner le bâtiment, ce qui en soit va réactiver le patrimoine déjà existant.

Tebboune, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, propose aux entreprises désireuses de développer de nouveaux procédés constructifs des programmes de réalisation en guise d’assurance pour leurs amortissements. Un avis qui n’est pas partagé par tous les experts économiques du moment, mais le processus est déjà enclenché. Indjab Spa, plus volontariste, a pris les devants par rapport à ses concurrents. D’autres entreprises vont sûrement se lancer à l’assaut au vu des mesures incitatives.

Le secteur des engins sera la prochaine étape. Le cahier des charges régissant l’activité de vente d’engins sera autant touché que le créneau du camion et de l’automobile. Un marché annuel de plus de 7 000 engins tous types confondus.

L’autre fait qui a marqué l’actualité des travaux publics en S2 2014 est le probable remplacement des entreprises qui intervient dans la réhabilitation des fissurations survenues sur le tronçon de l’autoroute Lakhdaria et l’annonce prochaine d’une ou de plusieurs entreprises qui prendront le relais à Cojaal suite à l’effondrement du tunnel de Bouzegza, puis le lancement du premier tronçon de l’autoroute des Hauts-Plateaux attribué aux groupements d’entreprises nationales sous la houlette de Cosider.

Karima Alilatene

Dans la même catégorie

Leave a Reply