Lafarge
Lafarge

Wait and see

L’année 2015 tire à sa fin ; plus qu’un mois pour clore l’exercice fiscal et faire le bilan. Ce que nous retiendrons durant ces 11 mois, a priori, les chantiers inachevés, les sujets polémiques, notamment la Grande mosquée autour de son retour et la faisabilité de son minaret en travaux, auxquels s’ajoutent la réfection des sections de l’autoroute Est-Ouest (tronçon Centre), suite à leur dégradation, et le contournement de l’effondrement de Djebel el Ouahch.
En l’absence d’un bilan annuel précis et détaillé de l’état d’avancement des études en chantier, de celles qui sont en cours de réalisation ou de celles à lancer, le marché des travaux publics, même s’il est l’un des secteurs les plus dynamiques, enregistre beaucoup de retard et surtout de non-dits. Plusieurs chantiers sont en attente, à l’exemple de l’Opéra d’Alger, le siège du Parlement, et beaucoup d’autres sont en cours, comme le Musée d’Afrique, les nouvelles villes, etc. et qui ne tirent pas pour l’heure à leur fin. Le secteur de la construction ne suit pas le cours d’un fleuve tranquille. L’année 2015 n’a pas connu d’inaugurations spectaculaires. Aucun stade n’a été réceptionné, y compris celui la JSK ou du Mouloudia, aucune zone industrielle en dépit de la réduction des échanges commerciaux en faveur de la production. 2015 s’inscrira comme l’année de la baisse des revenus pétroliers du pays, qui changera le cours des choses, où des changements s’imposeront de fait. Cette nouvelle réalité économique est accueillie de différentes manières par les acteurs du marché selon leur position. Mais une chose est sûre, les maillons faibles disparaîtront, comme les métiers de la distribution, et les plus innovants, capables de s’adapter aux nouvelles règles en mutation, resteront. L’annonce a été faite par le Premier ministre lors de la tripartite à Boussaâda, après avoir déclaré le maintien de la réalisation du grand port commercial d’Alger, qui probablement sera le premier projet qui ne sera pas financé par le Trésor. Un nouveau procédé de financement s’impose et entrera dans les mœurs. Parallèlement, beaucoup d’alternatives s’ouvrent à la compétence qui a chômé pendant le temps de l’aisance pour sauver les meubles.

K. A.

Dans la même catégorie

Leave a Reply