Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu

Dernières données économiques d’OBG : CAP vers l’agriculture et l’industrie
L’agriculture et le secteur industriel, les domaines clés de l’économie de demain selon Le cabinet Oxford Business Group

logo oxford business groupDans le cadre de la publication de son rapport économique the report : Algeria 2016 publié en janvier, le cabinet d’intelligence économique et de conseil OBG fait état de la situation du business en Algérie et identifie que les deux secteur qui sauveront l’économie algérienne basé essentiellement sur les revenus du pétrole dont la baisse des prix ont impactés sur les future évolutions et décisions. Le rapport a identifié   l’agriculture et le secteur industriel comme les domaines clés de l’économie de demain en Algérie.

« L’Algérie a subi l’impact de la baisse soutenue des prix mondiaux du pétrole, notamment en termes de recettes fiscales et de réserves de change, mais les politiques avisées des années précédentes ont contribué à protéger l’économie contre des effets plus conséquents. La conjoncture mondiale complexe des dernières années a également facilité les efforts du gouvernement pour diversifier son développement dans les secteurs secondaire et tertiaire, ce qui devrait produire des résultats significatifs dans les trois à cinq prochaines années », a expliqué le directeur éditorial d’OBG pour l’Afrique, Robert Tashima.

Le rapport d’OBG souligne les mesures prises pour rendre le marché plus attrayant aux investisseurs étrangers, l‘Algérie met notamment l’emphase sur l’amélioration de l’accès au financement et à l’accès au foncier pour les activités industrielles. Les services financiers sont aussi en voie de modernisation. Les secteurs de la banque et de l’assurance recherchent de nouvelles façons de répondre aux besoins des PME. De plus, le plus grand pays d’Afrique et même du bassin méditerranéen cherche à créer de la richesse en accroissant ses exportations, particulièrement à travers le continent africain.

Dans cette perspective, l’agriculture est un secteur clé à plusieurs égards. Le potentiel d’augmentation de ses exportations vers l’Afrique et l’Europe est prometteur. Aussi, le secteur agricole a reçu une importante injection de capitaux, de l’ordre de 2,5 milliards d’euros en 2016, dans le cadre de la récente initiative Felaha 2019 qui s’appuie sur le Programme d’investissement public 2015-2019. L’Algérie vise également à attirer de grands investisseurs internationaux, dont des entreprises américaines, et à développer des certificats d’origine pour les produits algériens.

Construction  en connu une hausse de 5,3% en 2015
L’infrastructure de transport algérienne est en pleine expansion avec le développement et la modernisation des aéroports, des ports et des réseaux routiers et ferroviaires. Bien qu’une réduction des investissements soit plus susceptible de se produire au cours des prochaines années, de nouveaux modèles de financement pourraient offrir certaines opportunités de croissance.
Le secteur de la construction a connu une hausse de 5,3% en 2015, indique le rapport, à un certain nombre d’investissements importants dans les infrastructures et le logement. Représentant 10,2% du PIB, la construction devrait continuer à offrir un certain nombre d’opportunités de croissance dans quelques segments clés comme le logement, les infrastructures et l’industrie. 

De 2010 à 2015 :  le  crédits bancaires au secteur privé ont presque doublé
Par ailleurs le rapport financier ressort au chapitre banque que les six banques publiques et les 14 banques privées dominant le marché financier algérien recherchent de nouvelles sources de revenus en diversifiant leur gamme de produits et en s’attelant à stimuler des taux de pénétration et d’intermédiation traditionnellement bas. Les crédits à l’économie ont atteint quasiment 53,7 % du PIB hors hydrocarbures en 2015, soit une hausse de 1,9 point de pourcentage en 2014.

 

Dans la même catégorie

Leave a Reply