Lafarge
Lafarge

Ciment en Algérie : de la rareté à la surabondance

Le marché du ciment et du clinker n’a toujours pas encore Cimenterielivré tous les dessous des cartes ; on se souvient de la surenchère des prix du ciment, en raison du déficit enregistré sur ce matériaux, face à la masse de projets des Btph engagés durant les dix dernière années.
Pour répondre au besoin, alors au plan de charge national, des grands projets structurants, l’Algérie avait libéré le marché au profit de nouveaux investissements privés, joint-venture et autres extensions des usines publiques du grand cimentier Gica.
Depuis 2017, changement de cap, l’Algérie qui était, le plus grand importateur de ciment dans la région méditerranéenne avec 5Mt annuellement pour combler son déficit, décide de prohiber le ciment. Aujourd’hui, l’industrie cimentière est désormais en surproduction depuis juillet 2017,  et le sera de 20Mt à horizon 2020, selon, les pronostics avancées par Serge Dubois, patron de la communication du cimentier Lafarge Holcim Algérie, à la rencontre média annuelle, qui a eu lieu le jeudi 15 mars à Alger, pour présenter les ambitions 2018, du groupe géant mondial qui opère dans 95 marchés et pays.
Si les besoins de l’Algérie du ciment qui s’établissent et se stabilisé autour de 23Mt,  cela n’a pas empêché des investisseurs à se greffer au deux grands acteurs dominants qui sont Gica et Lafarge qui produisent annuellement respectivement et 14Mt et 11,5Mt,  et depuis peu du groupe Lamouri.
En dépit des signaux d‘alertes  émis quand  à la surproduction des cimenteries,  un fait qui pousse à une guerre des prix, qui sûrement à terme desservira et mettra en cause la vie des entreprises, en perte de rentabilité, l’industrie des ciments continue d’accueillir de nouveaux venus : tout récemment  on en parle d’un investissement à Jijel, d’une nouvelle cimenterie en construction de capacité de 2Mt, qui proposera un ciment à faible teneur en CO2,  cette nouvelle usine serait un projet d’un partenariat algéro-Emirati-indien, qui va produire du ciment à partir de scories et de cendres volantes provenant de la centrale électrique et du complexe sidérurgique de Bellara, ainsi que de son propre clincker. Le second projet annoncé est celui de etrhb Hddad, président du FCE.

K. A.

Dans la même catégorie

Leave a Reply