Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu

Communiqué
La BAD injecte 40 millions usd dans le Fonds africain d’investissement dans les infrastructures

Le conseil d’administration de la Banque africaine de développement(BAD) a approuvé son troisième investissement en fonds propres d’un montant de 40 millions de dollars américains dans le Fonds africain d’investissement dans les infrastructures (AIIF3), un fonds d’infrastructure panafricain à structure fermée géré par AIIM (Afrique du Sud).

AIIM est l’un des gestionnaires de fonds d’infrastructure les plus expérimentés d’Afrique. Le Fonds se concentrera sur l’acquisition de positions d’influence notable dans les secteurs des routes, des aéroports, des liaisons ferroviaires, des ponts, des ports, de la logistique, de la production d’énergie, de la distribution de services publics et des télécommunications. AIIF3 dispose d’un vaste portefeuille de projets d’infrastructure bancables ou quasi bancables. Après avoir examiné des centaines d’investissements potentiels, AIIM a réduit son portefeuille de projets d’environ 500 millions de dollars américains, notamment de projets clés tels que: l’aéroport de Bugesera, la voie de contournement de Libreville et la voie rapide Kampala-Jinja.

La proposition représente le troisième investissement de la Banque auprès de ce gestionnaire de fonds, après un investissement de 1996 dans SAIF et un investissement de 2010 dans AIIF2. Grâce à cela, la Banque africaine de développement devrait jouer un rôle supplémentaire positif grâce à cet investissement, étant donné que le marché de la collecte de fonds reste très difficile, laissant un rôle important aux IFD.

Les investisseurs commerciaux et institutionnels considéreront probablement l’investissement de la Banque comme un effet de démonstration positif. L’investissement de la Banque garantira également que les normes environnementales et sociales les plus strictes soient appliquées à AIIF3.

En termes de résultats de développement, AIIF3 aura un impact social et environnemental quantifiable et mesurable en soutenant l’accès aux infrastructures d’énergie et de transport en Afrique subsaharienne. Le Fonds soutiendra la création de plus de 1 500 emplois au niveau des projets et renforcera le renforcement des capacités et le transfert des compétences.

Dans son exposé devant le Conseil, Amadou Oumarou, Directeur de l’infrastructure et du développement urbain du Groupe de la Banque, a déclaré que le capital-investissement en Afrique demeurait un secteur naissant. « La récente baisse des prix mondiaux des produits de base et la réorientation du capital-investissement privé en Afrique par quelques IFD ont abaissé les attentes en matière de collecte de fonds dans tous les domaines. Ceci affecte négativement la disponibilité de fonds propres pour l’espace d’infrastructure de l’Afrique. En ce sens, la Banque jouerait un rôle contracyclique grâce à cet investissement », a-t-il déclaré.

L’AIIF est basée en Afrique et comprend cinq bureaux régionaux situés en Afrique du Sud, au Nigeria, en Côte d’Ivoire et au Kenya. Cela se traduit par des connaissances sur le terrain et des relations étroites pour créer des opportunités d’investissement dans les infrastructures.

Cet investissement en actions est pleinement aligné sur les priorités opérationnelles de la Banque et les cinq priorités, en particulier «industrialiser l’Afrique», «Light up a

Dans la même catégorie

Leave a Reply