Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu

Impact du Covid-19 sur les entreprises : le FCE propose le report du paiement des charges sociales à trois mois après la fin du confinement

En cas de persistance de la crise ou d’épuisement des congés annuels, le Fce suggère sur une tribune d’El wattan sous la plume de Nadia Bouricha , une série  de proposition d’aides aux entreprises en sous activité et à l’arrêt durant le confinement imposé par la crise du Covid-19.

 » il sera nécessaire de trouver des solutions», indique  en prime le même l’article faisant référence  au document  de proposition . Le Forum demande d’accorder une autorisation aux employeurs afin d’imposer un congé limité avec consultation du partenaire social.

Ceci en optant pour le versement d’un salaire amputé des primes et indemnités mais avec une contribution de l’Etat à raison de 50%  de ce salaire lorsque l’activité est impactée à hauteur de 50%. Entre autres suggestions, le FCE propose le report du paiement des charges sociales à trois mois après la fin du confinement, et d’accorder une exemption aux entreprises lourdement impactées. Les patrons demandent aussi une exonération des charges sociales et IRG pour les entreprises qui versent des salaires même lorsqu’elles sont en situation de sous-activité ou à l’arrêt.
Une défiscalisation des salaires et la non-cotisation pour la période de confinement est aussi préconisée par le patronat, assorties d’un dispositif d’indemnités ou de subventions directes aux entreprises les plus affectées.
Le FCE propose même l’introduction de la notion de chômage partiel dans la législation ainsi qu’une couverture juridique pour la notion de chômage technique ; ainsi qu’une simplification du dispositif CNAC.

Evoquant le volet financement bancaire, les patrons du FCE proposent, entre autres solutions, le rééchelonnement des dettes des entreprises à court et moyen termes en instruisant aussi les banques de leur accorder des facilités en fonction des besoins de chacune d’elles.

Une diligence dans le traitement des demandes de crédits d’investissement ou de financement d’une partie du fonds de roulement est aussi demandée. «Il est possible de conditionner le crédit par le maintien de l’emploi à hauteur de x%.» Aussi, mettre en place un dispositif pour traiter les découverts bancaires, qui représentent pour certaines entreprises jusqu’à 30% du chiffre d’affaires.

source El watan

 

Dans la même catégorie

Leave a Reply