Bannière menu
Bannière menu
Bannière menu

Réflexion : Comment la pandémie Covid-19 affectera-t-elle l’environnement bâti?

Devrons-nous repenser des concepts tels que la densification urbaine – ou allons-nous simplement revenir au «business as usual» une fois la crise terminée? Des experts du réseau de la Fondation LafargeHolcim pour la construction durable du monde entier partagent leurs points de vue, dans un communiqué, dont btp-dz a été destinataire.

Six decades strong: Antique Grove RT still getting the job done

Pour la fondation lafarge, l’industrie de la construction semble être relativement indemne de la pandémie – du moins à première vue. Les travaux se sont poursuivis sur de nombreux chantiers. Mais, des question fondamentale reste  posé  sur le devenir   à long terme au niveau mondial?  Faut-il encore préconiser la densification urbaine dans cette nouvelle ère d’espacement interpersonnel?  Les architectes, urbanistes, ingénieurs et urbanistes  sont interpellés  à  repenser certains préceptes ou même adopter un changement de paradigme?

Les grands établissements d’enseignement et les immeubles de bureaux deviendront-ils obsolètes parce que la présence physique ne sera plus nécessaire en raison de l’adoption généralisée des bureaux à domicile et de l’enseignement à distance?
La réponse est simple: nous ne savons pas, du moins pas encore. Peut-être que la capacité humaine d’oublier est si puissante que nous finirons par revenir au statu quo . À l’inverse, la pandémie de Covid-19 pourrait entraîner de profonds changements dans la société, nécessitant des réponses de toutes les facettes de l’industrie de la construction. Suivre ces développements et anticiper les tendances futures est une activité centrale de la Fondation LafargeHolcim depuis sa création en 2003. Au fil des ans, la Fondation a mis en place un réseau mondial d’experts qui comptent parmi les leaders d’opinion mondiaux dans leurs domaines. Avec les membres du conseil d’administration de la Fondation, ils surveillent les développements dans les domaines de l’architecture et de la construction résultant de la pandémie de Covid-19.

Repenser les villes
« Je suis très préoccupé par le fait que nous n’allions pas vers la consolidation mais vers la dispersion », témoigne Enrique Norten, fondateur de TEN Arquitectos au Mexique et aux États-Unis. Retour à la voiture, retour à l’étalement urbain, retour aux longs trajets. « Cela aspirerait toute l’énergie et la vitalité de nos villes », explique Norten. Comme on l’a vu à Détroit après la crise de l’industrie automobile au milieu des années 80, les seules personnes qui resteraient dans les villes seraient celles qui n’auraient pas les moyens de déménager. Un tel développement affecterait tout, des prix de l’immobilier aux infrastructures. « Je ne sais pas quelle est la solution », admet Norten, « mais l’industrie doit s’adapter à ce changement de paradigme potentiel et commencer à trouver des solutions pour de nouveaux modèles. »
L’architecte et urbaniste américain Mitchell Joachim partage ce point de vue: « Les architectes et les urbanistes devront repenser soigneusement la structure de nos villes. » Nous devons examiner les concepts de la façon dont nous passons de A à B, comment nous traitons la proximité, le transport et l’espace. Il voit également un bon côté: « Maintenant que plus de gens comprennent à quel point les besoins fondamentaux sont vraiment essentiels, cela devrait être plus facile pour réussir la mise en œuvre de projets durables de toutes sortes. »

Utiliser l’espace de manière plus flexible
Stuart Smith, directeur général d’Arup Allemagne, voit également un changement de paradigme imminent pour l’industrie: « L’espace bâti que nous considérions comme essentiel est devenu superflu du jour au lendemain », dit l’ingénieur, se référant aux écoles et aux immeubles de bureaux vacants. Mais il prévient: « Nous ne devons pas nous précipiter pour démolir de vieux bâtiments juste pour les remplacer par quelque chose de nouveau. » Cela aurait peu de sens, sur le plan environnemental ou autre. Le défi consiste plutôt à repenser des concepts tels que la densification et à les adapter aux conditions actuelles. Il est également important d’utiliser l’espace disponible avec plus de flexibilité que par le passé. Smith pense également que notre relation avec l’environnement va changer: « Nous devons rééquilibrer complètement les chaînes logistiques et d’approvisionnement qui maintiennent nos villes en vie. »
La pandémie a mis en évidence les problèmes et les défis des villes modernes et de leurs habitants, explique le jeune architecte brésilien Eduardo Pizarro: « Comment reconstruire le sentiment de communité dans les villes déjà fragmentées et ségréguées? » Son collègue espagnol Fernando González Piris ajoute: « La pandémie est un signal d’alarme pour les architectes de reconsidérer la manière dont l’espace construit est constitué ».

communiqué

Dans la même catégorie

Leave a Reply