Bannière menu

LE CHIFFRE : seulement 40% du domaine minier national fait l’objet de prospection et d’exploitation

Seulement 40% du domaine minier national fait l’objet de prospection et d’exploitation, a indiqué lundi à Oran le président de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT), Noureddine Daoudi qui a souligné l’ampleur des investissements à consentir pour la valorisation des ressources d’hydrocarbures en Algérie.

« La superficie couverte par les travaux de prospection, de recherche et de d’exploitation représente 40% de la surface globale, ce qui laisse libre une superficie dépassant les 60% du domaine minier national des hydrocarbures », qui n’est pas encore exploré,  a déclaré M. Daoudi à l’ouverture de la 10e édition du salon professionnel international des secteurs de l’énergie et des hydrocarbures (NAPEC 2021). Selon le dirigeant d’ALNAFT,  » la couverture du domaine minier national des hydrocarbures (onshore et offshore) qui s’étend sur une superficie de plus de 1.75 million de kilomètres carrés, en matière de travaux, demeure insuffisante ».

 » Ces chiffres témoignent de la diversité d’opportunités présentes et de l’ampleur des investissements à considérer dans les perspectives d’une valorisation optimale des ressources existantes », a-t-il soutenu. Avant d’ajouter que « le potentiel pétro-gazier de l’Algérie demeure important et la base des réserves actuelles peut être renforcée grâce à la couverture de l’ensemble des thématiques et régions du pays, y compris le offshore ».

Le domaine offshore, devrait « bénéficier d’une appréciation plus soutenue », a estimé M. Daoudi, rappelant que 75% des découvertes majeurs réalisées à travers  le monde ces dernières années sont situées en mer.

Le président d’ALNAFT a, par ailleurs, évoqué la nouvelle loi sur les hydrocarbures qui vise « l’amélioration et l’assouplissement des conditions de réalisation des projets ». « Cette loi, bénéfique aussi bien aux investisseurs qu’à l’Etat, permet une meilleure rentabilité », a-t-il affirmé.

Le dirigeant d’ALNAFT a aussi abordé d’autres questions liées à l’environnement, à la quête de décarboner le secteur de l’énergie et à la place de l’hybride dans la transition énergétique.

APS

Dans la même catégorie

Leave a Reply